Page en cours de chargement


PRINCIPES GÉNÉRAUX DE DRESSAGE

Avant d'aborder concrètement les différents aspects du dressage ainsi que les techniques à mettre en oeuvre, il est souhaitable de préciser quelques règles simples que tout propriétaire de Border doit connaître. Négliger d'en tenir compte ne mène pas forcément à l'échec total (encore que ... ) mais conduit souvent à un résultat médiocre, largement en deçà de ce que le potentiel du chien pouvait initialement laisser espérer.

L'IMPORTANCE DU TEMPS

 


Le temps ne pardonne pas ce que l'on fait sans lui quand on dresse un animal il faut avoir une double conscience du temps :
en termes d'âge et de maturité de l'animal d'une part
en termes de durée minimale nécessaire à l'assimilation des connaissances d'autre part.

Ceci est d'autant plus important pour le Border que tout chez ce chien l'incite à brûler les étapes...

L'âge minimum
On a vu que la réputation de précocité avait pu faire du tort à la race. Le fait de voir un chiot extérioriser très tôt des aptitudes naturelles peut laisser penser qu'il est capable de travailler sur la ferme. Rien n'est plus faux. Il n 1 est apte ni physiquement (les animaux qu'il doit rassembler et de conduire, courent plus vite que lui) ni mentalement (il peut difficilement s'imposer en cas de coup dur).

D'autre part la mise au troupeau suppose une éducation préalable Obéissance de base) qui n'a pas encore été faite à quatre ou cinq mois : pour pouvoir commencer, l'obéissance de base doit être à la hauteur des aptitudes naturelles.

L'assimilation des connaissances
Dresser ne consiste pas seulement à aligner des exercices bout à bout, séance après séance. Même s'il apprend vite, le jeune chien ne comprend pas forcément d'emblée ce qu'on lui demande; le fait de réciter une leçon par coeur ne signifie rien en soi.

Seul le temps, le changement de situations, d'environnement permettent d'ancrer cet enseignement. Conséquence concrète : il est parfois bon de laisser "reposer" un exercice plutôt que de vouloir forcer à tout prix, au risque de braquer ou de dégoûter le chien.

LOGIQUE ET PROGRESSIVITÉ



Dresser c'est respecter une certaine logique : aller du connu vers l'inconnu et du simple au compliqué.


Le travail d'un chien de troupeau peut se résumer à quatre ou cinq mouvements de base, relativement simples (à droite, à gauche, stop, amène ... ; un dressage achevé et réussi signifie qu'un exercice simple peut être exécuté dans toutes les situations (qui, elles, peuvent s'avérer complexes!)

Ceci a des conséquences tout à fait pratiques.
L'échec est souvent dû à une absence de transition ou à un manque de progressivité dans les situations de dressage et non, comme on le croit souvent, à une mauvaise volonté du chien.

Prenons l'exemple du "couché" : un jeune chien qui a appris à rester couché dans un endroit désert, à l'abri de toute sollicitation et diversion extérieures ne va pas comprendre que du jour au lendemain on lui demande d'exécuter le même ordre au milieu d'animaux qui fuient au grand galop devant lui!

Pour nous humains, l'ordre et le mouvement sont les mêmes ; pour le chien en cours de dressage, le changement d'environnement et de situation sont plus forts que le commandement.

Tout l'objectif du dressage consiste à faire comprendre qu'un ordre peut et doit être exécuté en toutes circonstances. En l'occurrence, la transition idéale consiste à travailler le couché d'abord en présence d'animaux calmes voire statiques ( le filet s'avère dans ce cas bien utile).

Autre exemple, à un niveau supérieur en termes de difficultés: la conduite.

Vu de l'extérieur, le mouvement du chien est le même lorsqu'il ramène des animaux vers son maître que lorsqu' il les éloigne il les pousse devant lui.

Et pourtant! Dans le premier cas, cela est relativement facile pour lui car son instinct l'incite généralement à ramener vers le maître alors que le second cas présente une réelle difficulté, précisément parce que le maître se trouve derrière.

On verra plus loin que l'objet du dressage à la conduite sera de faire progressivement passer le maître du devant vers l'arrière sans que le chien ne soit perturbé ni ne modifie son attitude envers les animaux.

On doit considérer le dressage idéal comme une progression en "gigogne!' où tout ce qui suit, s'emboîte naturellement dans ce qui précède. "En travaillant bien le rappel , vous préparez la séparation " est un exemple de cette logique de dressage.

De tout ce qui précède, on déduira facilement l'importance d'une éducation de base dont la majeure partie s'effectue d'ailleurs sans troupeau: elle constitue les fondations d'un édifice dont elle déterminé l'assise et la solidité.

 

ADAPTER DES TECHNIQUES AU CARACTÉRE

 


Contrairement à ce que l'on croit trop souvent, on ne change pas le fond de caractère d'un chien: on s'y adapte et on l'adapte. On améliore certaines choses, on en masque d'autres (et c'est parfois beaucoup de travail), on bonifie ou on gâche, et c'est ce qui fait toute la différence entre un chien utilisable ou non, un bon et un mauvais dresseur.

Si on part du principe que bien poser un problème permet de faire un grand pas vers sa solution, dresser consiste donc à adapter des techniques et une chronologie en fonction des qualités et des défauts de son élève. Pour analyser un Border qui débute et pour faire une "lecture" exacte (mon chien est-il pousseur, encercleur, est-il suffisamment mûr, etc.) mieux vaut, pour un néophyte, s'adresser à quelqu'un de compétent: l'encadrement de l'A.F.B.C. ainsi que celui de l'Institut de l'Élevage sont là pour çà.

PAS DE MENTOR

On a parfois prétendu que le jeune chien de troupeau apprenait son métier au contact d'un adulte expérimenté. Pour ce faire, autrefois on attachait même le plus jeune au plus âgé. Il faut faire table rase de ce genre d'affirmations. Non seulement cette pratique est inutile, mais elle peut même devenir un handicap qui va se révéler dangereux par la suite.

En effet, si l'on observe attentivement l'attitude d'un jeune chien lâché en compagnie d'un mentor en train de travailler, on s'aperçoit très rapidement que c'est d'abord les mouvements de son congénère qui l'intéressent. Il risque alors de le considérer comme un chef de meute et de se soucier beaucoup moins de son maître.

Par ce biais, on tombe rapidement dans deux travers. D'une part, le chien apprend tout seul, ou tout au moins il n'apprend plus par le canal de son maître, et celui-ci va perdre à terme, tout ou partie de son autorité.

D'autre part, quand on retire le mentor, "l'élève" ne fait plus rien, voire même se trouve complètement désemparé.

Le propriétaire d'un jeune Border s'épargnera donc bien des déboires et des désillusions en laissant cette "méthode" de côté. Pour enseigner valablement les différents types d'exercices, il dispose de celle des utilisateurs de Borders qui elle, est largement éprouvée.

CALME, PATIENCE ET FERMETÉ


Il est toujours facile, sur le papier, de tracer le portrait théorique du dresseur idéal et d'énumérer d'innombrables qualités, toutes plus indispensables les unes que les autres pour réussir.

Hélas, le lecteur débutant confronté à la mise en pratique et à la réalité du terrain a parfois tendance à laisser ces conseils à la porte du chenil tant leur nombre est important et tant leur application peut lui sembler paralysante.

Dans un souci d'efficacité on s'est donc limité ici à la présentation de quelques règles simples.

Retenez tout d'abord que l'on n'arrive à rien en utilisant certains procédés. On ne hurle pas et on ne frappe pas quand on travaille un chien. Outre le spectacle déplorable qu'ils donnent, cris et coups deviennent rapidement inefficaces dès lors qu'ils se multiplient et qu'ils sont érigés au rang de méthode de dressage.


Cet engrenage conduit inexorablement à monter d'un cran à chaque fois, alors que dans le même temps, ces procédés ont de moins en moins d'effet.

Mieux vaut garder son calme et son énergie pour hausser le ton au moment opportun. Car le moment où la sanction est appliquée compte autant, voire plus, que son intensité. La réprimande doit être faite à l'instant même de la faute, pas après car il est trop tard. L'exemple le plus frappant est celui du chien qui désobéit manifestement en refusant de revenir au pied, puis qui exécute enfin au bout de longues minutes et que le maître, excédé, corrige une fois qu'il est à ses pieds.

Cet exemple d'incohérence et d'intervention à contretemps (le chien est sanctionné au moment précis où il fait ce qu'on lui demandait) incarne le type de comportement à proscrire. Le chien risque rapidement de ne plus rien comprendre à ce qu'on attend de lui et surtout, il va perdre toute confiance en son maître.

Retenez également qu'un ordre doit toujours être exécuté. Ne laissez pas votre chien n'en faire qu'à sa tête, c'est le meilleur moyen de le rendre inutilisable. Si vous avez demandé "Stop" votre élève doit s'arrêter. Insistez jusqu'à l'exécution. Quand il obéit, flattez-le ( "C'est bien"). Si tel n'est pas le cas, réprimandez-le :
la patience n'exclut pas la fermeté.


Vous avez à votre disposition toute une gamme d'intonations en fonction de la faute commise. Dans les cas très graves (donc très rares) corrigez-le, non pas en le frappant, mais soulevez-le en le tenant de part et d'autre du cou et secouez-le fermement pendant quelques secondes. Sans aucun danger, cette méthode très efficace impressionne énormément le chien - on évitera donc de l'utiliser sur des sujets timides ou timorés qu'elle risque de traumatiser.

LE MORAL

Le Border est un chien qui aime travailler et aime faire plaisir à son maître. Profitez de ces atouts lors du dressage en conservant et entretenant cette gaieté. En d'autres termes, il doit avoir le "moral".


La leçon de dressage doit être le moins possible le théâtre de rapports conflictuels : le conflit reste l'exception. Vous devez passer plus de temps à flatter ou encourager votre élève parce qu'il fait bien qu'à le punir parce qu'il fait mal.

N'oubliez pas non plus que le dressage porte la signature de celui qui l'a effectué: de même qu'on 'lit" le caractère d'un chien, on devine comment il a été éduqué. Combien de chiens, joyeux quand le maître ouvre la porte du chenil, changent littéralement d'attitude et d'expression quand celui-ci dit "au pied"...

Concrètement, pour que votre chien ait le moral:

récompensez le à chaque action positive caressez-le s'il est à vos pieds, encouragez-le s'il est à distance ("c'est bien"),

au cours de l'apprentissage de certains exercices délicats (exemple: les conduites), s'il commence à douter ou à se poser des questions, un "oui, c'est bien" opportunément dispensé (en anticipant quelque peu) va non seulement le remettre en confiance mais également éviter la faute.

ne le braquez pas inutilement en essayant de lui inculquer à tout prix un exercice qu'il est manifestement trop jeune ou pas assez mûr pour effectuer,

en cas de difficulté laissez ''reposer" un exercice pendant quelques jours voire plus.

Dans le déroulement d'une leçon:

évitez les séances longues et fastidieuses,

laissez votre élève se détendre pendant au moins cinq minutes avant de commencer à travailler. Ceci est indispensable, surtout chez les chiens nerveux qui vont ainsi "cracher" leur feu pendant quelques minutes et vont ensuite être disponibles

donnez les ordres toujours avec le même mot ou la même locution, et sans aucun commentaire

choisissez et privilégiez les ordres bi-syllabiques

assurez-vous qu'il a bien compris ce que vous attendez de lui, lors de l'apprentissage d'un nouveau commandement

ne terminez jamais une leçon sur un échec ni sur une désobéissance, mais plutôt sur un exercice réussi ou que le chien aime effectuer.

LE REGARD EXTÉRIEUR

 

 

En travaillant seul - ce qui est le cas quand on dresse son chien - on peut, insensiblement et avec la meilleure volonté du monde, ne pas remarquer certains détails et prendre de mauvaises habitudes (de commandements, de placements).
Seul le regard extérieur d'une personne compétente et expérimentée permet de les détecter. En outre le changement d'environnement et la présence de personnes étrangères sont profitables au chien.



Imprimer cette page Imprimer cette page | Ajouter au favoris Ajouter aux favoris | haut de la page Revenir en haut de la page | envoyer a un ami Envoyer à un ami !

Dernière mise à jour le 20/04/2006 à 15:01:47